Le village barbare de la B_A_M

Ici se retrouvent les Barbares Agnostiques Mercenaires
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un peu d'histoire

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Un peu d'histoire   Sam 29 Nov - 18:15

Pour ceux que ça intéresserait, je mets la dissert que j'avais à faire pour vendredi.Comme c'est mon "brouillon" elle n'a pas été rendu telle quelle mais il y a pas mal de renseignements quand même. A l'occasion je terminerai la troisième partie (quand on m'aura rendu ma copie en fait).

Citation :
L'Église de France de 1871 à 1914.

En 1871 s'ouvre une nouvelle page de l'histoire de France dont le premier paragraphe particulièrement sanglant est baptisé "Commune", bien qu'elle ne le soit assurément pas; ce long chapitre est celui de la IIIeme République, la première à durer et également le régime qui mettra fin à l'hésitation séculaire de la France quant à sa manière d'être dirigée, de L'Empire à la Monarchie constitutionnelle, en passant par le Directoire ou le Consulat. Cette République naît d'un paradoxe puisqu'elle est d'abord gouvernée par une majorité monarchiste mais elle va finalement surmonter les crises successives qui se présenteront au fil des ans. Elle va trouver son identité en se construisant face à la Monarchie et un de ses avatars récurrent : l'Eglise de France.
Celle-ci doit faire face à nombres de problèmes, au centre de bouleversements profonds concomitants _ et résultants _ de la Révolution industrielle, les changements politiques dont on a déjà parlé mais également l'irruption du positivisme et le scepticisme qui gagne ceux qu'on appelle les «incrédules».
Tout le problème de l'Eglise de France sera de réagir et de s'adapter à de nouveaux modes de vie, de nouvelles conceptions du monde et de la société, d'autant qu'elle est plutôt du côté Royaliste, lequel est en perte constante d'influence et ce dès 1871.
La question sera donc de savoir de quelle façon l'Eglise de France fera face aux mutations politiques et sociales qui la mettront à mal, que ce soit volontairement ou involontairement.
C'est pourquoi dans un premier mouvement l'Eglise intransigeante incarnée par Pie IX, censée entraver le progrès et placée aux côtés des Royalistes sera l'objet d'attaques dès 'installation de la République, puis, le processus de laïcisation s'enclenchant, de nouvelles réponses seront apportées par une Eglise devenue soucieuse des problèmes de son temps jusqu'à même une accalmie relative. Enfin l'affaire Dreyfus replacera la question religieuse au centre du débat politique et la République se voudra Béllérophon contre l'Eglise, dernière chimère de l'Ancien Régime.

***

I. De 1871 à 1897 : L'intransigeance de Pie IX et son refus de la démocratie place d'emblée la République dans une position de violente réaction à l'Égard de l'Eglise de France.
1. La France en 1871 est d'abord un pays profondément marqué par le catholicisme :
a. Depuis 1830 le catholicisme n'est plus religion d'Etat, néanmoins la société est encore fortement marquée par le catholicisme avec des symboles religieux dans les édifices publics, la prière dans les écoles et à l'ouverture des assemblées, de plus il semble que les pèlerinages deviennent plus nombreux durant le siècle. L'Eglise ne voit pas pourquoi sa position serait remise en cause, le concordat de 1801 est toujours en vigueur, l'instruction à l'école est toujours en vigueur et les congrégations participent largement à l'encadrement scolaire, hospitalier et carcéral.
b. La société moderne est, pour Pie IX, absolument incompatible avec une idée Catholique, en effet l'Etat ne peut pas se substituer à Dieu. D'où un intérêt pour la presse en tant que moyen pour diffuser ses positions : l'Univers, journal quasi officiel de l'ultramondanisme (contrairement au gallicanisme qui prône un catholicisme largement autonome par rapport au pape) qui et qui a une grande influence malgré son tirage faible.
c. De plus la période de 1871 à 1879 est une période relativement confortable pour le catholicisme français, dans la mesure où, l'Ordre moral est le nom donné au gouvernement d'Albert de Broglie formé par le Maréchal Patrice de Mac-Mahon à partir du 27 mai 1873. L'objectif de ce gouvernement était de préparer la société à la troisième restauration. L'expression est employée dans le discours de Mac-Mahon le 28 avril 1873 : « Avec l'aide de Dieu, le dévouement de notre armée, qui sera toujours l'esclave de la loi, avec l'appui de tous les honnêtes gens, nous continuerons l'oeuvre de la libération de notre territoire, et le rétablissement de l'ordre moral de notre pays. Nous maintiendrons la paix intérieure et les principes sur lesquels repose notre société ». Plus concrètement il s'agit d'une politique visant à imposer un mode de vie jugé plus conforme à la morale, ou plus précisément aux valeurs du christianisme, quitte à diminuer la liberté de l'individu.

2. Les républicains prennent le Concile du Vatican comme une agression et réagissent en conséquence.
a. Ce sont d'abord des signes discrets mais dès 1869 le programme de Belleville des radicaux fixait l'idée d'une séparation de l'Eglise et de l'Etat et la laïcisation de l'enseignement. En 1872 aura lieu le dernier recensement demandant l'appartenance religieuse, cela signifie que l'Etat s'intéresse pour la dernière fois à la religion de ses citoyens.
b. Une idée prend forme depuis plusieurs années : l'Eglise entrave le progrès. Les républicains voient dans les catholiques des royalistes hostiles au progrès. Ils n'ont pas totalement tord parce que la montée des sciences n'est absolument pas suivi par la papauté qu va même jusqu'à la condamner.
c. La crise du 16 mai 1877 est l'expression de cette inimitié entre monarchistes chrétiens et républicains, c'est Gambetta et son fameux «le cléricalisme, voilà l'ennemi.». En plus à partir de ce moment les monarchistes perdent pieds sur le plan électoral. Tout cela s'ajoute au fait que si 3 cultes étaient reconnus sous l'Empire, le Catholicisme était fortement lié tout au long du siècle lié aux régimes monarchiques, et cela même durant la deuxième République, toute brève qu'elle fut.

3. La sécularisation de la sécurité amène l'idée que l'Eglise n'est plus un cadre de la société, d'où des blocages :
a. Le positivisme, Auguste Comte, Emile Littré. Le Grand Orient abandonne ses références au Grand Architecte de l'Univers en 1877. La Commune illustre, même si c'est de façon marginale cette volonté désormais réelle de séparer l'Eglise de l'Etat puisqu'il y aura illégalement cette séparation, instituée par les communards. C'est également le choc entre le rationalisme et les tendances positivistes et l'Eglise, institution pluriséculaire qui jusque là détenait le savoir et la vérité, et qui plaçait la théologie au-dessus de toutes les sciences. Même l'histoire est remise en cause puisqu'en 1975, Hippolyte Taine met en pratique ses idées sur la manière d'aborder l'Histoire comme n'importe quelle science, en somme il rédige le premier ouvrage d'historiographie Les origines de la France contemporaine.
b. L'idée d'une lecture critique de la Bible fait son chemin, mais elle est violemment repoussée par Pie IX qui indique rapidement son désaccord. Les prêtres sont peu formés et ne peuvent répondre aux critiques qui leur sont faites. LE BRAS, fondateur de la sociologie religieuse va de plus remarquer, dès 1875, que la religiosité dans les campagnes se délite, le chef de famille laisse la pratique religieuse à sa femme, laquelle ne lit pas et ne sort pas, il devient un "observateur saisonnier" et laissant le soin à la femme de s'occuper des affaires religieuses de la famille.
c. La jeunesse cultivée formée sous l'Empire porte la marque du scientisme, et ce dernier est bien plus anticlérical que le positivisme (qui propose une religion de l'humanité). Même le dictionnaire d'Emile Littré porte la marque de ce scientisme et de ce rejet de la religion. Il y a excessivement peu d'écrivains qui se réclament du catholicisme si ce n'est Charles Péguy, mais beaucoup plus tard. Pour couronner le tout, quand Pie IX meurt en 1878, son successeur paraît tout aussi intransigeant, et sa première encyclique Inscrutabili (1878) condamne les doctrines et philosophies matérialistes, dont bien entendu le positivisme et surtout le scientisme, ce qui donne des arguments supplémentaires aux partisans de ce dernier pour pointer du doigt l'Eglise, notamment sur la partie qui taxe les "incrédules" d'ingratitude, car l'Eglise a civilisé tous les peuples. appelera
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Sam 29 Nov - 18:15

Citation :
***

II. De 1897 à 1899 : La diplomatie de Léon XIII ouvre la voie à une nouvelle interprétation des textes sacrés et alors que la laïcisation de la société commence l'Eglise trouve d'autres moyens pour diffuser sa vision du monde.
1.Une première vague :
a. Jules Ferry arrive au Ministère. Nommé ministre de l'Instruction publique du 4 février 1879 au 23 septembre 1880 dans le cabinet Waddington, il attache son nom aux lois scolaires. Très rapidement une offensive en règle s'organise pour bannir l'Eglise de la sphère publique, c'est évidemment un choix délibéré :
- l'enseignement privé ne peut remettre de grades universitaires, loi votée le 12 mars 1880. Parallèlement le 18 mars 1880 le privé s'occupant du supérieur ne peut prendre le nom d'université, on parlera désormais "d'instituts". Cela montre une volonté de la République de s'occuper elle-même de l'éducation de ses jeunes, et en même temps elle se déclare seule apte à dispenser les diplômes; il y a donc également main mise (ou tentative) pour se réapproprier le savoir et sa validation.
- Les congrégations religieuses non autorisées explicitement sont dispersées, Rome va tenter de s'interposer mais 5600 religieux vont abandonner 29 collèges et 261 établissements sans que le Saint-Siège n'y puisse quelque chose.
- Loi Goblet (du nom du président du conseil des ministres à l'époque) le 30 octobre 1886 donne 9 ans aux communes pour laïciser leur personnel public (à savoir, le personnel pénitentiaire, hospitalier et d'encadrement scolaire). La République estime que la religion doit résulter d'un choix librement consenti par les parents.
- loi relative à l'obligation et à la laïcité de l'enseignement (28 mars 1882). Cette loi est une suite logique de celle portant sur l'obligation scolaire. C'est une obligation d'instruction et non de scolarisation.
b. Il ne faut pas oublier des mesures au caractère symbolique très puissant comme l'abandon de la prière à l'ouverture d'une assemblée ou le fait que l'armée ne participe désormais plus aux processions; mais d'autres parts il y a des mesures plus pratiques telles que la suppression de l'aumônerie militaire, la laïcisation du personnel des hôpitaux et des prisons, et la fin de l'obligation du repos dominical. L'Espace de la vie de tous les jours lui même se laïcise, c'est ainsi que les processions sont limitées, les cimetières sont laïcisés en 1881 le 14 novembre (égalité dans l'organisation des funérailles, libre choix de funérailles civiles ou religieuses, abolition de toute distinction dans le transport ou l'inhumation du défunt.), les cloches des églises sont priées d'une utilisation parcimonieuse. C'est également la loi Naquet en 1884 qui autorise le divorce, ce qui provoque un tollé dans les rangs catholiques au nom de l'indissolubilité du mariage. Bien sûr la République choisit de s'affirmer en oubliant ce qui faisait les régimes d'antan, au moins en partie, une soumission de la société et des lois aux principes de l'Eglise et une imprégnation très forte de la société par le catholicisme. Cela sans oublier que dans les années 90, Eugène Spuller en tant que ministre des cultes mène une politique d'apaisement et un rapprochement effectif se produit entre les républicains progressistes et les catholiques, lesquels calment le jeu jusqu'en 1894.
c. Elle invente d'ailleurs de nouveaux concepts tel que l'Egalité, qui si elle n'est pas nouvelle, est appliquée durablement en tant que principe constitutif de la République; c'est le sens qu'à la loi de 1889 supprimant l'exemption de service militaire des séminaristes, datant de 1808 et remise au goût du jour par la loi militaire de 1882. C'est la mesure des "curés sacs au dos". Toutefois la construction n'a pas la même couleur qu'auparavant, la manière dont est "affrontée" l'Eglise n'est pas la même, en effet si auparavant les royalistes pouvaient représenter une menace, il est devenu clair après l'éviction de Mac Mahon qu'ils n'ont plus droit de cité. C'est pourquoi la philosophie est davantage à une poursuite de l'affirmation de la République et de la séparation des sphères de l'Etat et de l'Eglise qu'à une confrontation franche et massive. C'est pourquoi la séparation de l'Eglise et de l'Etat, pourtant envisagée lors de la réunion des radicaux à Belleville en 1869, n'est pas à l'ordre du jour, ces deux institutions semblent être encore des structurants essentiels de la vie de individu. De plus la crise de l'Eglise est à nuancer, sa prégnance est encore forte, et surtout à la campagne : le curé a une forte influence du fait de la faible mobilité, des institutions sont toujours aux mains de l'Eglise, le clergé régulier représente toujours environ 150 000 moines et moniales, les pèlerinages se multiplient (Lourdes, Salette), davantage encore que sous Pie IX, de plus quelques revues catholiques. Toutes ces législations sont de plus moyennement appliquées dans les communes et selon les régions, le changement notable est bien sûr l'apparition des Hussards Noirs de la République que les désormais élèves vont côtoyer; le son des cloches va encore rythmer pendant quelques années la vie de certains villages.

2. Les catholiques ne vont bien sûr pas rester sans réagir.
a. En dehors du pape lui même les catholiques français se dégagent du paternalisme qui les a caractérisé depuis le début du siècle, c'est ainsi que Léon Harmel (d'abord représentant du catholicisme social) se sépare des cercles paternalistes d'ouvriers dirigés par Albert de Mun, lequel en 1885 tenta de créer un parti catholique fusionnant les droites monarchiques, mais échoua car Léon XIII refuse de voir l'Eglise de France mêlée à des luttes partisanes. Léon Harmel reconnaît l'idée d'un syndicalisme ouvrier et donc l'idée d'une autonomie ouvrière et c'est ainsi qu'en 1891 est inauguré le premier cercle d'études sociales, dirigé par les ouvriers eux-mêmes.
b. Comme on l'a déjà indiqué de nouvelles disciplines se développent dans l'esprit scientiste. C'est ainsi que de nouvelles sciences bibliques se développe (l' exégèse), la Bible est alors considéré en dehors de la foi, comme un simple roman pieux, édictant des règles morales mais sans vérité scientifique, ce que déplore évidemment les chercheurs. Le plus surprenant est que ce mouvement à ses adeptes au sein même des clercs; le plus célèbre d'entre eux est probablement l'abbé Loisy, professeur d'écriture Sainte à l'Institut (et non plus Université) Catholique de Paris, qui publie des études sur l'Ancien et le Nouveau Testament et distingue le Christ historique du Christ en tant qu'objet de foi. Du fait de ce "désenchantement" du Christ si on veut le dire à la manière de Max Weber, il perdra sa chaire en 1893.
c. Étonnement la politique de Jules Ferry va d'un côté évincer peu à peu l'Eglise des institutions dont l'Etat veut se prévaloir, mais d'un autre côté l'entreprise de colonisation voulue par ce dernier vont permettre à de nombreuses missions catholiques de partir, notamment au congo. Il faut noter que les missionnaires d'Europe sont au 3/4 français, et que la plupart des fonds des missions viennent d'organisation françaises. D'un autre côté la religion paraît toujours composante essentielle, c'est ainsi que le jeudi est laissé aux élèves afin qu'ils puissent suivre des cours d'enseignement religieux. Outre les missions, il y aura un effort véritable pour développer la foi, ainsi en 1881 sont crées les Congrès Eucharistiques (dont le premier aura lieu à Lilles) qui ne sont en fait rien d'autre qu'un grand rassemblement de clercs et de laïques pour partager la foi catholique et faire connaître les moyens par lesquels la dévotion eucharistique peut être promue et cultivée dans le cœur du peuple. En outre les assomptionnistes vont faire de grands efforts pour organiser des pèlerinages à Jérusalem et ce qu'on appellerait aujourd'hui une publicité est faite autour de Lourdes, qui devient rapidement un lieu de pèlerinage important.

3. La position du pape est ambivalente quoi que progressiste sous bien des aspects.
a. Léon XIII maintient la rigidité doctrinale avec en 1884 Humanum Genus qui condamne la franc-maçonnerie (laquelle, rappelons-le a supprimé ses références religieuses en 1877); de plus dans Libertas en 1886 il dénonce l'erreur de la liberté de conscience et de liberté de cultes car la loi divine prime bien sûr sur la volonté humaine. Egalement dans saptientae christinae il dénonce le positivisme, dont la grande erreur à son sens est de faire de la société la fin de l'homme, alors que c'est l'inverse qui, selon lui, devrait être. Toutefois, malgré cette rigidité doctrinale d'une part, il n'en reste pas moins qu'il va tenter d'apporter une réponse à la crise rationaliste et philosophique. Dans l'encyclique Aeterni patris, dès 1879, constatant la pauvreté de la formation intellectuelle, l'abandon des études théologiques et afin de lutter contre les critiques les plus virulentes qui sont faites au catholicisme, il appelle les séminaristes à compléter leur formation intellectuelle, il souhaiterait également qu'ils le fassent dans l'esprit du Thomisme (qui devient à l'occasion saint patron des universités et des écoles catholiques), le but est d'accorder absolument la foi à la raison.
b. En revanche il va y avoir un véritable essai de conciliation de la défense religieuse et de la démocratie. C'est ainsi que le pape dans sa célèbre encyclique, c'est à dire une circulaire adressée par le pape pour les évêques, Rerum Novarum appelle les catholiques à se préoccuper de la question sociale. Elle est née d'un triple constat, les relations entre patrons et ouvriers sont en dégradation ce qui entraîne d'une part une concentration de la richesse, d'autre part une prise de conscience par les ouvriers de leur propre condition, et enfin une puissance acquise par le mouvement ouvrier du fait de cette prise de conscience. Ce constat conduit à une exigence de venir en aide aux classes inférieures car elles se trouvent pour la plupart dans une situation qu'elles n'ont pas mérité; toutefois la solution socialiste est écarté, et c'est pour cela qu'il y a réaction face à la puissance acquise par le mouvement ouvrier, en effet cela conduirait à une abolition de la propriété privée, exagèrerait les pouvoirs de l'Etat aux dépens de la famille, agent principal de diffusion de la foi catholique de génération en génération, cela ne ferait qu'exacerber les luttes de classes. C'est pourquoi il propose plusieurs solutions, et enjoint ses contemporains à les suivre : tout d'abord il rappelle les devoirs de chacun vis-à-vis d'autrui en ce qui concerne la charité chrétienne; de plus il appelle à un interventionnisme plus fort de l'Etat dans la vie économique afin de répartir plus équitablement les revenus et les charges et développer le droit du travail (la première loi fondamentale du droit du travail ne sera votée qu'en 1898), enfin il encourage l'émergence d'un syndicalisme catholique français. il invite également les catholiques français à accepter les institutions de la République à travers une autre encyclique «Au milieu des sollicitudes.». Cela explique donc l'essor d'un mouvement démocrate-chrétien qui veut instituer une société chrétienne dans le cadre de la démocratie, en somme lier le Vox populi et le Vox Dei. Ce mouvement se développe particulièrement en France pour plusieurs raisons, d'abord parce que le royalisme a échoué et les catholiques doivent désormais se tourner ailleurs (et c'est cela qui explique le mieux l'engouement français), de plus les catholiques comme tous les français sont de plus en plus "exposés" à l'idée démocratique, ce qui explique un essor particulièrement prégnant de ce type de mouvement.
c. Concernant l'exégèse, Léon XIII a, là aussi, une position ambivalente. C'un côté il va réaffirmer dans son encyclique Providentissimus deus les positions catholiques sur l'impossibilité d'erreur dans les textes sacrés, car ils sont d'inspiration divine, cette position est héritière du Concile de Trente où face à la Réforme avait été décidé une réaffirmation du dogme de la foi catholique. D'un autre côté Léon XIII admet qu'il puisse y avoir des interprétations différentes d'un même passage de la Bible, car elle n'est ni un manuel d'histoire, ni même un manuel de foi, et certainement pas un ouvrage scientifique. D'ailleurs les études bibliques sont plutôt encouragées et à Jérusalem il fondera l'Ecole des Sciences Bibliques du Père Lagrange (1892). On comprend alors mieux la condamnation de l'abbé Loisy, car si des passages peuvent être interprétés différemment il n'en reste pas moins qu'une approche scientifique remettant en cause la divinité du Christ va à l'encontre de la vérité absolue de la Bible. L'ambivalence, en réalité concerne toute l'Eglise, si d'un côté elle tient à ne pas se montrer affectée, en préservant le symbole, en se rappelant du Thomisme et du Concile de Trente, elle a tout de même lancé de grands chantiers pour tenter d'apporter des réponses aux questions dans l'ère du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Sam 29 Nov - 18:18

Citation :
***

III. De 1895 à 1914 : L'affaire Dreyfus marque la reprise des hostilités et si l'Eglise essuie une rude défaite avec la loi de 1905 il n'en reste pas moins qu'elle trouve dans cette nouvelle épreuve le moyen de se redynamiser.
1. Le Catholicisme sort affaibli de l'Affaire Dreyfus, mais des artistes vont le remettre en selle.
a. Ce que l'on appelle communément le redressement a plusieurs raisons. D'abord en suite de l'affaire Dreyfus, l'Eglise catholique est sur la défensive, en effet la majorité des catholiques français était anti-Dreyfusard. Étrangement c'est cette position de persécutée qui va attirer à elle des intellectuels. De plus il s'agit une fois de plus de s'armer contre le positivisme et le scientisme. C'est ainsi que Bergson, qui avait déjà écrit les Essais sur les données immédiates de la conscience (1889) va réitérer jusqu'en 1907 avec l'Evolution créatrice où il oppose l'élan vital, « force créant de façon imprévisible des formes toujours plus complexes » à une perception mécaniste et finaliste de l'évolution. S'il n'est pas catholique, en revanche il va servir les intérêts de l'Eglise qui va récupérer son œuvre, profitant de son important crédit mondain. Sa critique de la prétendue rationalité scientifique et son conseil sur le recours à l'intuition pour atteindre la vérité en font le chef de file d'une "école", ou plus modestement d'une élite intellectuelle qui se retrouve dans les salons, c'est pourquoi il a un écho important dans l'univers mondain. Et s'il n'inaugure pas la critique de la science, on peut citer Berthelot par exemple, il est celui qui a le plus démocratisé cette critique (bien que cela soit réservé aux aristocrates, s'entend).
b. Le naturalisme s'épuisant, une nouvelle génération d'écrivain n'ayant plus honte de mettre son sentiment religieux va naître; c'est ainsi que Joris-karl Huysmans cherche à atteindre les «en deçà et les après.» et se convertit à la foi chrétienne. Ce n'est qu'un exemple mais se constitue toute une littérature bien pensante qui va dans le sens du catholicisme, qui va du roman comme ceux de Paul Bourget (Le Disciple ou le Démon de Midi) à la poésie catholique de Charles Péguy et son Mystère de la Jeunne d'Arc, même lorsqu'il s'agit de pièces comme l'Annonce faite à Marie de Paul Claudel. La poésie semble d'ailleurs plus riche intellectuellement que le roman, la littérature catholique renoue ainsi avec un public absent depuis plus d'un siècle. Mais d'autres productions attirent l'attention, autour de Léon Bloy s'est formé un vaste groupe, réunissant un philosophe et essayiste Jacques Maritain représentant du Thomisme ou encore les musiciens Georges Auric et Vincent d'Indy et enfin le peintre expressionniste Georges Rouault, dont les tableaux portent des noms évocateurs tel que Le Christ ou La Sainte Famille. Finalement le catholicisme connaît un renouveau, curieusement cependant ce sont des laïcs qui le remettent au goût du jour. Cela peut s'expliquer par les querelles internes du clergé catholique qui l'empêche de se concentrer sur la littérature, notamment les querelles entre modernistes et traditionalistes.
c.

2. Un nouveau courant catholique en politique :
a. Etrangement le catholicisme se démocratise autour de 1900. En effet si le catholicisme royaliste garde de nombreux partisans, notamment autour de Charles Maurras et de son Action française. Ce courant n'est pas nouveau et date des lendemains de la guerre contre la Prusse. Ainsi sous l'initiative du pape se constitue les premiers syndicats catholiques ayant pour base sociale les employés, malmenés par les autres syndicats car souvent considérés "jaunes" (c'est à dire ne se réclamant pas du socialisme et par exemple ne désirant pas avoir recours à la grève, jaune peut être aussi car il s'agit de la couleur papale) et défendant difficilement leur indépendance vis-à-vis des patrons (s'y forment toutefois les futurs cadres de la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens fondée plus tard en 1919). On peut citer par exemple, le groupe d'intellectuel animé par Marius Gonain qui organise les semaines sociales, des séminaires sur le modèle d'études universitaires autour de sujets sociaux et politiques et rassemblant quelques centaines d'auditeurs issus de l'élite intellectuelle.



Je n'ai pas mis ni la conclusion parce que je ne l'ai pas écrite sur ce brouillon, j'ai mis l'intro mais ce n'est pas celle-ci que j'ai choisie (trop longue, je ne voulais pas dépasser la page d'intro, sachant que c'était 16 pages maximum).
Revenir en haut Aller en bas
Piêmni
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12370
Jeu : Rien, sinon faire chier. ^^
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Sam 29 Nov - 20:51

Seize pages ? Shocked
En quatre heures, c'est possible ?

Sinon, c'est pas mal, assez intéressant, mais je manque de certaines références. J'aurais aussi quelques questions…


Zhatan a écrit:
En 1871 s'ouvre une nouvelle page de l'histoire de France dont le premier paragraphe particulièrement sanglant est baptisé "Commune", bien qu'elle ne le soit assurément pas;

On dit plutôt « la Commune », mais bon, c'est pas grave. Le truc, c'est surtout que je comprends pas bien la phrase : qu'est-ce qui n'est assurément pas quoi, en fait ?


Zhatan a écrit:
l'Univers, journal quasi officiel de l'ultramondanisme

T'as vraiment écrit ou c'était une faute de frappe ? Le prof' risque d'avoir un léger a priori sur la copie… :-/
Sauf s'il t'a déjà remarqué en tant qu'excellent élève. ^^


Zhatan a écrit:
Pour couronner le tout, quand Pie IX meurt en 1878, son successeur paraît tout aussi intransigeant, et sa première encyclique Inscrutabili (1878) condamne les doctrines et philosophies matérialistes, dont bien entendu le positivisme et surtout le scientisme

Il ne cite pas les différents courants socialistes ? C'était pourtant leur explosion, non ?


Zhatan a écrit:
ce qui donne des arguments supplémentaires aux partisans de ce dernier pour pointer du doigt l'Eglise, notamment sur la partie qui taxe les "incrédules" d'ingratitude, car l'Eglise a civilisé tous les peuples. appelera

Appellera quoi ? ^^


Zhatan a écrit:
- Les congrégations religieuses non autorisées explicitement sont dispersées, Rome va tenter de s'interposer mais 5600 religieux vont abandonner 29 collèges et 261 établissements sans que le Saint-Siège n'y puisse quelque chose.

Je sais que c'est trop tard, mais la formulation n'est pas très heureuse… « n'y puisse quoi que ce soit », plutôt.


Zhatan a écrit:
le clergé régulier représente toujours environ 150 000 moines et moniales, les pèlerinages se multiplient (Lourdes, Salette), davantage encore que sous Pie IX, de plus quelques revues catholiques.

Il manquerait pas un truc ?

_________________


Je suis le Piêmni-Garou ! Tremblez !
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Sam 29 Nov - 23:48

Citation :
Seize pages ?
En quatre heures, c'est possible ?
Je ne sais pas, mais c'était à faire à la maison, ouf. A l'agreg' je suppose que c'est possible.

Citation :
On dit plutôt « la Commune », mais bon, c'est
pas grave. Le truc, c'est surtout que je comprends pas bien la phrase :
qu'est-ce qui n'est assurément pas quoi, en fait ?
Nan c'était un jeu de mot mais j'ai pas laissé, c'était un peu naze :p
C'est la Commune, qui n'est pas commune... tongue


Citation :
T'as vraiment écrit ou c'était une faute de frappe ? Le prof' risque d'avoir un léger a priori sur la copie… :-/
Sauf s'il t'a déjà remarqué en tant qu'excellent élève. ^^
J'ai écrit quelque chose dans le genre, oui. Pourquoi ? ^^



Citation :
Il ne cite pas les différents courants socialistes ? C'était pourtant leur explosion, non ?
Je ne sais pas et je ne crois pas, mais comme Léon XIII prend position par la suite contre les doctrines socialistes, ça n'est pas très grave.

Citation :
Appellera quoi ? ^^
Je vérifiais l'orthographe, et j'ai oublié d'effacer :p.

Citation :

Je sais que c'est trop tard, mais la formulation n'est pas très heureuse… « n'y puisse quoi que ce soit », plutôt.
Oui, c'est en effet ce que j'ai mis par la suite, ou dans ce goût là. Comme ce n'est qu'un brouillon c'est plutôt une grosse trame (d'ailleurs ma dissert' a vu certaines parties permuter).

Citation :

Il manquerait pas un truc ?
Bien vu l'aveugle :p C'est parce que j'ai supprimé ce passage et je l'ai remis plus loin.


Faudra que je remette ma troisième partie, ça parle de plusieurs artistes et du renouveau de la littérature catholique.
Revenir en haut Aller en bas
Piêmni
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12370
Jeu : Rien, sinon faire chier. ^^
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Dim 30 Nov - 10:07

Zhatan a écrit:
Citation :
Seize pages ?
En quatre heures, c'est possible ?
Je ne sais pas, mais c'était à faire à la maison, ouf. A l'agreg' je suppose que c'est possible.

Même à la maison… seize pages… il faut avoir du temps pour ça. ^^
À l'agrégation, je sais pas… ça doit pas faire plus de six heures ; et en six heures, faire plus de dix pages, c'est chaud. Enfin je dis ça, mais bon… j'écris petit, moi. ^^


Zhatan a écrit:
Nan c'était un jeu de mot mais j'ai pas laissé, c'était un peu naze :p
C'est la Commune, qui n'est pas commune... tongue

J'avoue… c'est pas que c'est naze, hein. Disons que c'est capillotracté, quoi.


Zhatan a écrit:
Citation :
T'as vraiment écrit ou c'était une faute de frappe ? Le prof' risque d'avoir un léger a priori sur la copie… :-/
Sauf s'il t'a déjà remarqué en tant qu'excellent élève. ^^
J'ai écrit quelque chose dans le genre, oui. Pourquoi ? ^^

Parce que c'est « ultramontanisme » et pas « ultramondanisme ». Et ça peut la foutre mal… c'est comme ma sœur, qui, pour son épreuve d'histoire de l'art, parle du Facteur à Cheval dans la feuille qu'elle rend avant de faire son exposé…


Zhatan a écrit:
Bien vu l'aveugle :p C'est parce que j'ai supprimé ce passage et je l'ai remis plus loin.

Flute ! Comment t'as découvert ce handicap ? Je l'ai toujours bien caché, pourtant ! :pinch:

_________________


Je suis le Piêmni-Garou ! Tremblez !
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Dim 30 Nov - 11:28

Citation :

Même à la maison… seize pages… il faut avoir du temps pour ça. ^^
À l'agrégation, je sais pas… ça doit pas faire plus de six heures ; et
en six heures, faire plus de dix pages, c'est chaud. Enfin je dis ça,
mais bon… j'écris petit, moi. ^^
10 pages c'est pas beaucoup, ça fait seulement deux pages doubles et une feuille simple je parle d'une page recto, pas verso Smile


Citation :
Parce que c'est « ultramontanisme » et pas
« ultramondanisme ». Et ça peut la foutre mal… c'est comme ma sœur,
qui, pour son épreuve d'histoire de l'art, parle du Facteur à Cheval
dans la feuille qu'elle rend avant de faire son exposé…
Ah oui, tiens, je n'ai pas fait attention à la coquille, mais effectivement c'est "-montanisme".
C'est joli, le facteur cheval.Smile (enfin, ce qu'il a fait, quoi)


Citation :
Flute ! Comment t'as découvert ce handicap ? Je l'ai toujours bien caché, pourtant !
Tu avais la lumière dans les yeux (1200 watts quand même), et tu ne cillais pas.


Dernière édition par Zhatan le Dim 30 Nov - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Dim 30 Nov - 11:35

Citation :
Flute ! Comment t'as découvert ce handicap ? Je l'ai toujours bien caché, pourtant !
Tu avais la lumière dans les yeux (1200 watts quand même), et tu ne cillais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Piêmni
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12370
Jeu : Rien, sinon faire chier. ^^
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Dim 30 Nov - 11:47

Zhatan a écrit:
10 pages c'est pas beaucoup, ça fait seulement deux pages doubles et une feuille simple je parle d'une page recto, pas verso Smile

Pour moi, dis pages, c'est énorme. J'ai jamais rendu un truc de plus de six pages en temps limité (le maximum, ça a été douze pages, en DM de maths, mais j'en avais fait huit et un copain quatre).


Zhatan a écrit:
Citation :
Flute ! Comment t'as découvert ce handicap ? Je l'ai toujours bien caché, pourtant !
Tu avais la lumière dans les yeux (1200 watts quand même), et tu ne cillais pas.

:pinch:

_________________


Je suis le Piêmni-Garou ! Tremblez !
Revenir en haut Aller en bas
captain
Barbare
Barbare
avatar

Nombre de messages : 501
Age : 27
Jeu : e-univers
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Dim 14 Déc - 12:38

Non mais c'est quoi ça !! Depuis quand les barbares ramenent du boulot à la taverne...si y a que ça, je vais poster mes devoirs de maths sup !! Non mais oh!! Halte à l'encombrement, Vive la bière et la taverne !!
Revenir en haut Aller en bas
Piêmni
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12370
Jeu : Rien, sinon faire chier. ^^
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Dim 14 Déc - 14:07

Ah, t'es en sup' ? MPSI ? PCSI ? PTSI ? Quel établissement ?

_________________


Je suis le Piêmni-Garou ! Tremblez !
Revenir en haut Aller en bas
Saullllll
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 6460
Age : 30
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 19:19

Et tu fais quoi exactement comme études Zhatan ? Neutral

Intéressant tout de même, et déjà vu l'année dernière, donc j'ai compris et ça m'a rapellé le gavage de l'année dernière...quelle belle matière !
Revenir en haut Aller en bas
Mart1
Barbare accompli
Barbare accompli
avatar

Nombre de messages : 3232
Age : 26
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 19:44

Il fait une khâgne je crois Smile
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 19:45

Je fais une prépa B/L.
Ça consiste en une prépa littéraire un peu particulière puisque il n'y a ni latin ni grec (quoique c'est une option normalement). Par contre il y a des maths et des sciences sociales. Je suis à Dijon dans une des 23 B/L de France et les matières sont (ça peut varier un peu selon les établissements, parce qu'il y a pas mal d'options par ailleurs) :
Français, Sociologie, Histoire, LV1, Philosophie, Géographie, Mathématiques, LV2.

Voilà en gros Smile

PS : oui mart1 , en fait là, je suis en hypokhâgne.
Revenir en haut Aller en bas
Saigneur Ant1
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12544
Age : 30
Jeu : Fractal/TF2/Minecraft
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 20:23

C'est en rapport avec les hippies ? Comme les hippodromes (le truc où on parque les hippies) ?



Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Piêmni
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12370
Jeu : Rien, sinon faire chier. ^^
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 20:44

Bah ouais, c'est pour faire des hippies avec des genoux cagneux. ^^

_________________


Je suis le Piêmni-Garou ! Tremblez !
Revenir en haut Aller en bas
Saigneur Ant1
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12544
Age : 30
Jeu : Fractal/TF2/Minecraft
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 21:13

BWAAAAAAAAAH !
Zhatan est un putain de hippie !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Piêmni
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12370
Jeu : Rien, sinon faire chier. ^^
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 21:23

Pas encore : il faut attendre qu'il ait fini sa prépa.

_________________


Je suis le Piêmni-Garou ! Tremblez !
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 22:35

Tout à fait, mais j'ai déjà les cheveux longs et les chemises à fleurs tu sais, Ant1 ? w00t
(Et un joli bandana rose, des bracelets fluo et un T-Shirt du Che)
Revenir en haut Aller en bas
Piêmni
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12370
Jeu : Rien, sinon faire chier. ^^
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 22:53

J'ai du mal à croire à tout ça. Mais je sais pas ce qui est le plus improbable… Neutral

_________________


Je suis le Piêmni-Garou ! Tremblez !
Revenir en haut Aller en bas
Saigneur Ant1
Banana Generator
Banana Generator
avatar

Nombre de messages : 12544
Age : 30
Jeu : Fractal/TF2/Minecraft
Date d'inscription : 07/12/2005

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 22:57

Mort aux hippies !

*jette une banane à Zhatan et observe sa réaction*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Klinty
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 6161
Age : 32
Jeu : Pleins, trop...
Date d'inscription : 10/12/2005

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Jeu 18 Déc - 23:34

Il va la planter dans le sol et lui parler pour que pousse un magnifique bananier de l'amour.


...



C'est pas elfique ça? Laughing

_________________
King Kiki Klinty, Barbare Agnostique Mercenaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://plomatie.googlepages.com/
Groumf
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 6959
Jeu : Faire pipi sur les rangers d'Ant1/Donjon Story.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Ven 19 Déc - 11:06

Et tu serais le premier pti singe a en manger une banane d'amour...
Kiki t'es rien qu'un elfe aussi.


*jette une banane à kiki et observe sa réaction*
Revenir en haut Aller en bas
Saullllll
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 6460
Age : 30
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Ven 19 Déc - 14:02

Zhatan a écrit:
Je fais une prépa B/L.
Ça consiste en une prépa littéraire un peu particulière puisque il n'y a ni latin ni grec (quoique c'est une option normalement). Par contre il y a des maths et des sciences sociales. Je suis à Dijon dans une des 23 B/L de France et les matières sont (ça peut varier un peu selon les établissements, parce qu'il y a pas mal d'options par ailleurs) :
Français, Sociologie, Histoire, LV1, Philosophie, Géographie, Mathématiques, LV2.

Voilà en gros Smile

PS : oui mart1 , en fait là, je suis en hypokhâgne.

Merci, ça a l'air sympa en plus de ça.

Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Zhatan
Barbare no-life
Barbare no-life
avatar

Nombre de messages : 9252
Jeu : Ogame
Date d'inscription : 05/02/2006

MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   Ven 19 Déc - 16:58

Oui c'est très bien, mais c'est chargé ^^

Citation :
*jette une banane à Zhatan et observe sa réaction*
*Met des plumes sur la banane, lui fait un bisous et la renvoie à Ant1, Vole banane d'amour et d'eau fraîche !*


Citation :
Et tu serais le premier pti singe a en manger une banane d'amour...
Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu d'histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu d'histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le village barbare de la B_A_M :: Le Village :: La Taverne du Maître Klinty-
Sauter vers: